People, À savoir, Culture

Andalucious : délice andalous

Par: Alice JOUNDI  

COUP DE COEUR A ESSAOUIRA De son âme, de son engagement, nous en avons déjà maintes fois parlé. Pour servir le voeu de rendre plus vivant et vibrant le patrimoine judéo-arabe marocain et méditerranéen, le festival des Andalousies Atlantiques concocte chaque année un programme pétri d'un certain engagement et d’instants musicaux exceptionnels. Parmi les formations présentes cette année, l’ensemble Andalucious a livré quelques pépites musicales du genre.

Pour la 15ème fois, l'Association Essaouira Mogador aura mis en musiques, en images et en paroles son festival des Andalousies Atlantiques. Sous le regard tantôt exigeant, tantôt émerveillé, de M. André Azoulay, Président Fondateur de l’association, instigateur de l’engagement culturel et quasi-idéologique que revêt cette événement, l’hommage aura été rendu, à chaque instant, et parfois sans mot dire, aux faiseurs de paix.

Comme nous l'annoncions en prélude de cette édition, ce festival "est une fête unique en son genre, réunissant chaque année depuis 15 ans des artistes, poètes et musiciens juifs, musulmans et chrétiens autour d’un héritage marocain et méditerranéen commun. Un message de paix et de résistance à part entière, un grand moment de fraternité dans un monde actuel de plus en plus clivé.
"

Derrière le symbole de son affiche en trois langues et d’un Oud superbement calligraphié par Ragheb Abu Hamdan, la programmation a répondu une nouvelle fois aux attentes du public toujours plus nombreux, et parfois même à quelques questions.

Sans oublier la grande fête du chaâbi partagée avec près de 3000 personnes samedi soir par les inénarrables Raymonde El Bidaouia et Hajja El Hamdaouia ; sans taire le duo troublant de beauté et de similitudes réunissant le grand Saïd Belcadi et le cantor Curro Pinana ; sans perdre une goutte de l’émotion et des vibrations, venues de la nuit des temps grâce aux polyphonies joyeuses de l’Ensemble Hapiyout, c’est de l’ensemble Andalucious qu’il nous restera une sorte de litanie, un refrain, un rythme, une lueur : celle d’un renouveau plein de grâce.

En effet, la dizaine de jeunes musiciens venus de part et d’autre d’Afrique du Nord, a su réinvestir et transcrire le patrimoine judéo-arabe andalous traditionnel, faisant le choix d’une orchestration audacieuse, libre et métisse, qui réunit les solos de guitare électrique aux envolées du oud mélodieux, les tambours graves aux claquements de mains, la guitare au piano, et les voix de femme et d’hommes, pour donner au répertoire classique juif d’Afrique du Nord des allures parfois tziganes, maghrébines et latines, méditerranéennes et atlantiques. Tout un style festif qu’ils élaborent, soutenant, à l'occasion du festival, une identité maghrébine, orientale et de toutes les confessions, unie et résolument heureuse.

Andalucious : c’est un vrai délice andalous, à l'initiative du violoniste prodige Elad Levi -bien connu des scènes des Andalousies Atlantiques- qui, depuis 2015, redonne un coup de jeune et un coup de joie aux oeuvres les plus classiques. Une jeunesse sur scène qui répond à la question légitime du renouveau d’un patrimoine. C’est donc une véritable note d’espoir et un nouvel air que souffle Andalucious sur les répertoires qu'il revisite.

A n’en pas douter, tout dans cette formation collait à la démarche, à l’état d’esprit de ce festival. Les jeunes artistes semblaient ici chez eux, depuis toujours, et la fin de leur dernière représentation à Essaouira laissa comme un grand vide pour certains, car, déjà, ils nous manquaient.


 

Les Andalousies Atlantiques sont organisées chaque année par l’Association Essaouira Mogador, dirigée par M. Tarik Ottmani. La direction artistique du festival est assurée par M. Abdesselam Khaloufi, la direction de production par Mme Kaoutar Chakir, également maîtresse de cérémonie durant toute l’édition. 
Merci à eux, mille fois, et à l’ensemble de leurs collaborateurs pour ce magnifique festival.

 

A l’année prochaine !