À savoir, Culture

Belaid Belhaoui : "quand on fait les choses avec le coeur, on ne manque de rien"

Par: Alice JOUNDI  

ESSAOUIRA INSPIRATRICE A l'occasion de son exposition à l'Institut Français, Made in Essaouira vous invite à relire le portrait de l'artiste Belaid Belhaoui. Celui qui oeuvre depuis longtemps, où qu'il aille et où qu'il soit, guidé par l'obsession de fixer l'instant fugace qui confère à ses toiles un esthétisme intemporel. Une vie d'esthète depuis ses années parisiennes jusqu'à son attachement pour Essaouira où il réside depuis bientôt 20 ans. Entretien.

De ceux qui l'ont aidé ...

Natif de Casablanca, Belaid Belhaoui nous livre un entretien chargé de souvenirs et de visions. Pour répondre à la question de sa propre trajectoire d'artiste, il remonte à l'enfance. Car c'est le soutien maternel, datant de sa plus tendre enfance, qui l'habite encore aujourd'hui et auquel il rend hommage à chaque instant, chaque événement, admirant l'ouverture d'esprit dont cette femme illétrée a toujours su faire preuve. Il est des héritages dont on ne se déferra pas, et c'est son cas.
Peintre, dessinateur, plasticien, on ramène Belaid Belhaoui à ses 30 années parisiennes, cette période dédiée à l'apprentissage, le partage des savoirs, à l'écoute des maîtres dans une véritable ébullition créative. Des académies d'arts plastiques, des ateliers du 14ème arrondissement, le nom d'un maître émerge, celui de Michel Penglaou. "Mon maître absolu" nous dit-il, et qui demeure sa référence, gardant sans cesse à l'esprit ses conseils, son enseignement.
Paris : beaucoup de travail, tous les jours. Des années sur lesquelles il passe vite, mais dont on comprend à la fois le poids et l'élan qu'elles représentent à ses yeux.

... De ceux qu'il aide à son tour

Aujourd'hui, les années ont passé, de retour au Maroc depuis la fin des années 90, il profite de sa notoriété pour aider à son tour les associations et fondations, souvent (mais est-ce un hasard ?) en aide aux enfants défavorisés ou déscolarisés. A Essaouira, Casablanca, il propose des toiles ou des cours de peinture à des fins caritatives. Une autre façon peut être de rendre ce qu'on lui a un jour donné : de l'espoir. A ce sujet, Belaid Belhaoui reste convaincu : "quand on fait les choses avec le coeur, on ne manque de rien. La générosité vous sera toujours rendue."

C'est d'ailleurs ce qu'il se passe pour lui, semble-t-il. Artiste très actif, il enchaîne les projets, les expositions et les rencontres artistiques, ici à Essaouira, dans tout le Maroc et à l'étranger.

Essaouira et sa sirène

D'Essaouira parlons-en justement. De ses murs blancs, de ses couleurs. "Elle nous a cueillis" dit Belaid, pour parler de cette venue improvisée en 1997 en camping-car avec son épouse pour une escale qui ne devait pas durer. Ses murailles, "le bleu du ciel, la mer verte et l'île qui nous tendait les bras..." Une communication qui n'a jamais cessé depuis lors. Essaouira s'incarne à ses yeux et l'inspire. En atteste sa vision très personnelle de l'île Mogador qu'il décrit volontier comme une sirène ensorcellante, celle qui fait qu'on oublie tout, y compris son départ. "Si tu pars d'ici c'est toujours dans l'idée d'y revenir".

"Un artiste doit pouvoir faire une oeuvre d'art avec presque rien"

Vous le verrez d'ailleurs peut être prochainement dans la médina, donnant des cours à ses élèves au milieu des souks, au bord de la mer, près du port ou dans une ruelle. Où qu'il soit, un crayon à la main. Quand on lui pose la question de ses techniques favorites, peu lui importe : " Je ne cherche pas un outil, j’ai besoin de saisir l’instant avec ce que j’ai sous la main."

Telle est son approche, un brin minimaliste, à l'affut du "vivant", de ce qui vibre, de ce qui bouge, du pli d'un vêtement, d'une démarche, d'un mouvement... Belaid Belhaoui ne saurait pas travailler d'après photo, il le dit lui-même, si la vie ne s'anime pas sous ses yeux il reste incapable de la peindre.

Attaché au témoignage d'une réalité, mais aussi d'une tradition rendue belle par sa simplicité, il cultive dans ses oeuvres un goût pour l'authenticité et l'harmonie des visions souvent venues d'antan. Dans les oeuvres de Belaid Belhaoui, on le sent, c'est un brin de nostalgie qui prend parfois le dessus. 

Du 25 octobre au 24 novembre 2018 à l'Institut Français d'Essaouira

Ce mois-ci, l'Institut Français expose les toiles de Belaid Belhaoui dans une exposition intitulée "Mémoire", en hommage certainement à Essaouira, au Maroc intemporel, à ses maîtres d'ici et d'ailleurs.