À savoir, Culture

Des paroles aux actes : "Thinkers and Doers" à Essaouira, au coeur de l'action

Par: Alice JOUNDI  

JE PENSE, DONC J'AGIS Les 30 juin et 1er juillet 2018, ils étaient plus d'une centaine réunis à Essaouira. Des voûtes de Dar Souiri, aux salles de travail de la Maison de la Mémoire, en passant par les jardins de la ville ou les portes emblématiques de son ancienne médina, le réseau d'entrepreneurs et acteurs du changement "Thinkers and Doers", des artistes et des intervenants venus d'Amérique, d'Europe et d'Afrique ont travaillé, pensé, échangé pendant deux jours à Essaouira, terre d'accueil de la pensée et de l'action...

Venus de plus d'une vingtaine de pays, une centaine de participants ont répondu présents à l'appel lancé par le réseau Thinkers and Doers à Essaouira.

A cette occasion, M. le Conseiller du roi Mohammed VI, André Azoulay, a su rappeler combien la petite ville d'Essaouira, aussi enclavée soit-elle, est un espace digne de les accueillir.

"Essaouira, ville citoyenne, a construit sa renaissance à travers une éthique réunissant des valeurs d'alterité, de curiosité, d'audace. C'est un choix que nous avons fait il y a un peu plus d'un quart de siècle. Et c'est autour de ces valeurs que s'est construite cette citoyenneté urbaine." 
André Azoulay, Conseiller du roi Mohammed VI, et souiri avant tout.

Amandine Lepoutre (Fondatrice de Thinkers and Doers), introduisit samedi matin à Essaouira cette conférence, organisée dans le prolongement d'une série de rencontres intitulée "Follow the Leaders", précédemment tenues dans de grandes villes du monde (Paris, Tunis, Dubaï...).

"Je voulais absolument faire un Follow the leaders au Maroc (...) Tout le monde me parlait du tissu entrepreneurial exceptionnel, du renouveau écologique et de la transision écologique qui se passent ici (..) Vous allez aimer Essaouira, a-t-elle repris (...) Il y a beaucoup de lieux magiques ici à Essaouira, où le temps s'arrête, et à la Maison de la Mémoire en particulier, où on fait revivre un dialogue interconfessionel." 
Amandine Lepoutre, Présidente et Fondatrice du réseau Thinkers and Doers.

C'est ainsi qu'on été lancées les journées de travail à Essaouira le week-end dernier, avec la promesse d'un passage à l'actes, qui fera l'objet d'une déclaration officielle.

De nombreux ateliers se sont déroulés, animés à la Maison de la Mémoire d'Essaouira (Bay Al Dakira), ainsi que des échanges et discussions menés à Dar Souiri autour de grande thématiques sociales et économiques actuelles.

Ensemble, les intervenants ont défini huit recommandations afin de permettre d'accélérer le mouvement des entreprises citoyennes, diffusées sur le compte Tweeter de Thinkers and Doers, résumant les conclusions des séances de travail (ici, traduites de l'anglais en français) :

1. Créer un nouveau contrat entre les acteurs publics, la société civile et les entreprises, tout en créant un cadre favorable à l’innovation sociale.

2. Former les dirigeants à initier et coordonner les communautés compétentes et les collaborateurs à identifier leurs propres talents.

3. Construire, dans chaque entreprise, des programmes de développement des compétences et des conseils consultatifs avec toutes les parties prenantes.

4. Créer un label pour les organisations citoyennes et les rendre plus visibles en partageant leurs réussites.

5. Partager nos valeurs avec les investisseurs afin de stimuler la création d’entreprises et le développement des programmes d’investissement ambitieux.

6. Encourager les entreprises à faire de l’engagement des femmes une priorité.

7. Inclure dans la gouvernance des entreprises toutes les parties prenantes, au travers de plateformes collaboratives et digitales, afin de mieux servir leurs intérêts.

8. Supporter les programmes internes de transition énergétique, tout en recevant l’aide d’experts en innovation tels que les start-ups et les PME.

L'art, entré en scène à Essaouira pendant l'événement, laissera des oeuvres à la ville 

En marge de la conférence, les artistes Réro, JR et Sam Baron ont créé des oeuvres intégrées dans la ville, réalisées en collaboration avec les souiris, et toutes empruntes de symboles et de messages honorant Essaouira et l'état d'esprit de la conférence : rêver à un monde nouveau, se comprendre, se rencontrer, célébrer notre héritage, s'engager au coeur de la société... 

Les phrases clés de Réro 

L'artiste Réro, qui se situe à mi-chemin entre l'art arbain et conceptuel, a réalisé à Essaouira deux oeuvres de grande ampleur : un dyptique de plaques d'acier monumentales qui s’élèvait devant les remparts de la Médina, laissant apparaître deux expressions emblématiques : "Words escape and acts mark" et "Time took our dreams away". Cette installation temporaire est repartie avec l'artiste (représenté par la Fondation Montresso à Marrakech) à l'issue de la conférence.

L'autre performance, sur les murs de la villa des travaux publics Place Orson Welles, est apparue en quelques heures, représentant la phrase géante et emblématique de l'événement : "Al'intikal mina al'akwal ila al'afaal" ("Des paroles aux actes).

Les drapeaux de Sam Baron

En hommage à la cité des Alizés, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, Sam Baron, designer et artiste, laisse à la ville une oeuvre poétique et truffée de symboles, située tout près de la stèle érigée de ce classement en 2001, devant la porte Bab Sbaâ, et dans le but de célébrer ce patrimoine de manière plus significative.
L'idée est de représenter sur ces drapeaux, emblèmes des vents qui soufflent ici, les symboles de la ville déjà présents dans son architecture (la coquille Saint Jacques, la rose de Mogador, les lunes de la porte de Marine, etc.). Y apparaissent également des mots dans les langues qui font aussi l'héritage de la ville : le berbère, l'arabe, le français, le portugais. Le logo de l'Unesco y est également visible, entre autres inscriptions.
Ces drapeaux se dressent désormais à l'entrée de la ville, plantées dans les nouveaux jardins des remparts.

L'artiste JR : inviter les souiris à rêver

Le projet Inside Out à Essaouira a donné lieu à l'affichage de 183 photos sur l'ancien Palais de Justice d'Essaouira et à Dar Souiri, et autant de portraits d'hommes, de femmes, d'enfants d'Essaouira pris en photo en train de penser à leur rêve. C'est le photographe Marco Zanin qui a capté ces instants poétiques que JR a choisi de présenté comme une constellation de visages connus des habitants et collés les uns à côté des autres pour tapisser le mur de visages, exprimant pour la plupart un instant de grâce...
Une superbe série, que seul le temps devrait faire disparaître, à voir sur les murs de l'Ancien Palais de Justice d'Essaouira dans la médina d'Essaouira.

Constellation : la collecte d'un milliard de rêves à travers le monde

Le projet Constellation.art a pour but de créer une structure à la fois digitale (nébuleuse de rêves entrés dans une plateforme) et matérielle (constitutée des rêves inscrits sur papiers et pliés en forme d'étoiles remplissant un véritable container), afin de réunir en 2020 un milliard de rêves issus du monde entier. Cette oeuvre participative présentée à Davos et initié par l'artiste JK58, a déjà collecté plusieurs centaines de milliers de rêves. Elle fait l'objet depuis deux ans de plusieurs événements dans le monde (comme ce fut le cas à Essaouira ce week-end),et sera suivi d'une grande campagne sur internet afin d'atteindre son objectif final : "1 billion dreams to share".