People, À savoir, Culture

Forum Euro Méditerranéen à Essaouira : agitateur de consciences

Par: Alice JOUNDI  

LEADERSHIP Ils étaient très de 300 jeunes venus de tout le Maroc et des rives de la Méditerranée débattre et échanger pendant trois jours à Essaouira. Ce Forum, véritable agitateur de consciences (déjà bien éveillées) donne "un grand coup de vieux à la culture du déni" au nom du dialogue inter-culturel et inter-générationnel.

Le Forum Euro Méditerranéen des Jeunes Leaders est organisé depuis trois ans par l'Ambassade de France et l'Institut Français du Maroc à Essaouira en partenariat avec la Fondation Anna Lindh (dont le but est de rassembler les gens à travers la Méditerranée afin d'améliorer le respect mutuel entre les cultures et de soutenir la société civile), l'Association Essaouira Mogador, l'Association Marocains Pluriels et la Fondation Sekkat.

 

Confrontant les avis et les questions, les esprits se sont agités à Essaouira sans jamais s'échauffer. Au fil de quatre tables rondes et de divers ateliers, les nombreux jeunes réunis ce week-end ont assisté et participé à de multiples débats. Révélant par la même occasion la vivacité des esprits et la hauteur des échanges dont cette jeunesse, pas forcément dorée, peut s'enorgueillir.

À ces Jeunes Leaders venus de tout le Maroc, aucune leçon n'aura été donnée par les intervenants venus d'Europe et du Maroc (journalistes, chercheurs, écrivains, économistes, acteurs associatifs, philosophes...), mais il auront fait la démonstration des défis qui les attendent face auxquels les armes ont été rendues clairement identifiables : l'éducation, la mémoire, l'égalité, l'altérité, la Culture et un esprit critique affûté.

Autant de valeurs fondatrices de la liberté - individuelle et collective - et du dialogue ainsi rendu possible. Une liberté d'être et de penser, toutes singularités confondues, qui ne peut s'envisager qu'en pleine conscience des enjeux de notre époque et de ses héritages, ainsi que la mesure des chemins parcourus au fil de l'Histoire, érigeant l'amnésie en ennemi public numéro un du Forum Euro Méditerranéen. 

Elisabeth Guigou, actuelle présidente de la Fondation Anna Lindh, n'a pas manqué de saluer Essaouira, "ville de référence pour le dialogue des cultures", rappelant qu'"il n'y a pas de choc des civilisations, mais un choc des ignorances". Ce rendez-vous est ainsi devenu un espace de dialogue serein, responsable et digne, pour emprunter les qualificatifs choisis par André Azoulay à la tribune du Forum Euro Méditerranéen qui donne, selon lui, "un grand coup de vieux à la culture du déni"(...)" et à ceux qui nous privent de liberté".

Repartiront-ils nourris, changés, plus motivés ou plus concernés ?

La simple démarche de ce Forum à Essaouira est un début de réponse. Chacun attendra que les paroles échangées deviennent des actes et à ce titre, si l'engagement de reconduire l'événement l'année prochaine a été pris, quatre projets éducatifs élaborés lors des ateliers et soutenus par la Fondation Sekkat donneront corps les prochains mois à cette impulsion.

Et pour que l'échos des paroles se fasse entendre au-delà d'Essaouira, l'appel lancé par André Azoulay aura été clair : il faudra que ces jeunes alors présents partagent et disent autour d'eux "partout", la teneur des propos tenus et des moments vécus ensemble à Essaouira ; afin qu'ils soient aussi les ambassadeurs d'une liberté de ton et de parole.


A les avoir écouté débattre, ce qui semble acquis par les participants, dont l'oeil n'est pas seulement rivé vers l'avenir, c'est un esprit de mobilisation et de concertation assez vif pour rendre possible bien plus que le débat, mais aussi le début des évolutions, et parfois même des révolutions...