Tourisme et voyage, Sortie, Loisirs et bien-être, People, Culture

Hicham Benohoud : l'art de nous surprendre

Par: Alice JOUNDI  

EXPOSITION Une retrospective portant sur 25 années de travail, c'est une exposition inédite que propose l'Institut Français du Maroc en hommage à l'oeuvre du photographe Hicham Benohoud. Un artiste résolument marocain, qui, après avoir partagé son art dans les plus grands musées du monde, expose à nouveau en terre natale. Une exposition à découvrir à Essaouira jusqu'au 14 mars.

Le lendemain du vernissage de l'exposition "Retrospective" qui lui est consacrée, c'est un artiste d'une humilité aussi remarquable que son talent qui répond volontiers aux questions de quelques collégiens dans le patio de l'Institut Français.

Hicham Benohoud est un artiste hors format, dirait-on. Un de ces très rares photographes marocains à bénéficier d'une reconnaissance internationale dans la sphère de l’art contemporain.

Né à Marrakech en 1968, il fait ses armes à Casablanca, prolonge sa formation en France, y enseigne la photographie au Studio National des Arts Contemporains et mène un parcours artistique jalonné d'expositions dans les plus prestigieux musées : Centre Georges Pompidou et Palais de Tokyo à Paris, Tate Modern à Londres, MuCEM à Marseille, etc.

Mais qu'importe le lieu, nous dit-il, ce qui l'intéresse avant tout c'est de partager. Partager son regard sur un Maroc actuel plongé dans une dichotomie féroce, écartelé entre des mondes qui se côtoient sans se connaître, des vies que tout sépare sauf leur géographie et qui se fondent parfois dans une étrange proximité. 

L’exposition "Retrospective" s’inscrit dans un projet national dont la programmation s’étend à tous les instituts français du Maroc. 

Hicham Benohoud ne cache pas sa joie de retrouver le public marocain au fil de cette itinérance dans neuf villes du Royaume.

Détournement...

A Essaouira, trois des cinq séries représentatives de son oeuvre ont été sélectionnées pour être présentées au public : "Ânes Situ" intégrant l’animal dans les intérieurs marocains, "Hole" qui, comme son nom l’indique en anglais, procède par d'étranges perforations dans des habitations dont les locataires, stoïques, semblent avalés et prisonniers d'un quotidien impersonnel ; et la série "Acrobaties" mettant en scène les artistes de rue marrakchis dans leur propre logement.

Trois séries qui ont toutes "une histoire", nous dit-il. Observation affutée ou regard interdit face aux contrastes et rouages de sa société, Hicham Benohoud se jouent des codes marocains et veut bien pour cela semer le trouble entre réalité fabriquée et photo-montage.

Caractérisée par la mise en scène aussi précise que fantaisiste, l'oeuvre d'Hicham Benohoud ne peut laisser indifférent. On vous invite donc à y jeter plus qu’un oeil à l'Institut Français d'Essaouira jusqu'au 14 mars 2017.

A voir aussi : le site internet d'Hicham Benohoud.