Tourisme et voyage, À savoir, Hébergement, Culture, Sortie, Loisirs et bien-être, Shopping, Lieu, People

L’association Douar Laraiche ou l'énergie du solidaire

Par: Nathalie PERTON  

LA PAROLE AUX ASSOS #3 L’association pour le développement de Douar Laraiche œuvre dans le village du même nom à une dizaine de kilomètres d’Essaouira, sur la route de Safi : pour une meilleure vie des habitants, pour les femmes et les enfants d’abord…

L’énergie du solidaire !

Une nouvelle maîtresse, le transport scolaire pour les enfants de l’école du village, des sessions de centre aéré pour les enfants, la vente des productions artisanales des femmes du village, une exposition de la fraternité pour Noël… En à peine un an, l’association ADDL (Association pour le Développement Douar Laraiche) cumule les actions et fait parler d’elle. Quand on creuse et qu’on demande à rencontrer la présidente, Florence Bouhaddane, on comprend vite. Si l’association Douar Laraiche est aussi active, sans que cela soit proportionnel à sa durée d’existence; c’est sans aucun doute qu’au gouvernail, on y trouve cette septuagénaire enthousiaste et motivée, au caractère bien trempé qui incarne cette énergie du solidaire et tout sauf un développement de façade ! Nous l’avons interviewée pour vous.

L’histoire...

Florence a vécu au Maroc durant 50 ans. C’est donc sans hésiter qu’elle décide d’y retourner pour sa retraite. Elle construit sa maison à Douar Laraiche et se rend compte assez vite des soucis auxquels sont confrontés les habitants du Douar : pas d’eau, pas d’électricité. Elle décide donc de partir en lutte et manifeste avec eux à la province et ceci bien que "C’était musclé !" nous raconte- t’elle. Mais les villageois se font entendre et tous ensemble ils obtiennent l’électricité. Et de soutien de la communauté en actions, les choses s’enchaînent si bien qu’à la demande des habitants ; Florence est propulsée à la tête de l’association. L’ADDL sera créée en novembre 2014, elle y tient le gouvernail avec ses acolytes (Michèle Lahmeri, Bernard Chevrot, Brigitte Devin, Brigitte Aline, Jamal Benjaddi, Omar Ettafjija, Touria Benhammou, M' Barka, Hannane, tous embarqués pour le bled! ) et le moins qu’on puisse dire c’est qu’au plus fort de la tempête, on sait qu'ils tiendront le coup!

Les actions 

Dans ce village très étendu, l’une des premières difficultés des populations est de se déplacer et, particulièrement pour les enfants, d’aller à l’école. Qu’à cela ne tienne, l’une des premières actions de Florence sera de transformer un triporteur en bus scolaire afin que les enfants puissent s’y rendre ; puis employer une maîtresse, faire intervenir des bénévoles pour créer un centre aéré à l’intérieur de l’école "ce qui d’ailleurs ne fût pas une mince affaire !" Mais les batailles ne lui font pas peur, elle fait partie de ces personnes qui savent rebondir. L’association aide aussi les femmes en leur donnant l’occasion de vendre les produits artisanaux (création d'objets de laine, vannerie…) qu’elles peuvent vendre à des prix correspondant mieux à leur travail. La présidente a sa devise chevillée au corps : "Il faut avoir le courage de prendre des risques" évoquant les méandres administratifs précédant certaines de leurs actions et ce qu’il fallait dépasser, de frustration et de colère parfois pour parvenir à générer des actions.

Les projets

Vous vous en doutez, l'association a le vent en poupe et des projets à foison. Parmi ces derniers la création d'un village de Nouala (maisons traditionnelles faites de roseaux; cailloux et bois) en bordure de route, ersatz de show room beldi ! Mais aussi la création d'abribus... Toujours pour améliorer la vie des gens du village.

Suivre et contacter l'association Douar Laraiche sur Facebook.

Photo DR