À savoir

Le Caroubier, un arbre providentiel

Par: Alice JOUNDI  

MAROC VERT Essaouira et sa région jouissent d'une forêt dont les essences les plus connues semblent être le thuya, l'olivier et l'arganier. C'est d'un autre arbre que l'on souhaite vous parler ici. D'un feuillu au tronc noueux, résistant à la sècheresse et dont les nombreuses vertus devraient vous convaincre d'en planter plus d'un dans vos jardins. A la rencontre du caroubier : un arbre que la providence a fait pousser sur nos terres...

Le caroubier (de l'arabe al-kharroube), autrement appelé Ceratonia Siliqua, pousse naturellement dans les forêts méditerranéennes. Dans la province d'Essaouira on le trouve dans les zones irriguées et parfois sèches, les systèmes dunaires ou parmi les arganiers...
Il peut atteindre plusieurs mètres de haut et ses feuilles persistantes fournissent ombre et fraicheur tout au long de l'année. Capable de pousser et de se développer en milieux secs, le caroubier est également un arbre fruitier qui produit des caroubes, dont la gousse et les graines sont consommables.

De l'usage et du potentiel économique de la caroube

Le plan "Maroc Vert" a mis en place des dispositions visant à valoriser cet arbre et sa culture. "Il pourrait devenir un très bon complément pour les revenus des agriculteurs de la région", comme en témoigne Edouard Pottier, garde-forestier de formation et gérant de la société Ecotourisme et Randonnées, qui organise des balades éducatives en plein air sur les sentiers sauvages de la région d'Essaouira.

Si l'on évoque le caroubier; arbre patrimonial du Maroc, cependant bien moins médiatisé que l'arganier et son or liquide, c'est qu'il a pourtant de beaux jours devant lui et mérite qu'on lui porte une attention toute particulière.

L'enjeu national est d'en valoriser le fruit à partir duquel on produit notamment de la farine (sans gluten) et la gomme de caroube, toutes deux très prisées par l'industrie agro-alimentaire. Traditionnellement, la caroube remplaçait le cacao pour faire office de chocolat chaud et faisait le bonheur des enfants sur les chemins de l'école, en plus d'être un excellent régulateur intestinal. Aujourd'hui encore certains chefs utilisent la caroube comme succédané du cacao dans leurs recettes.

Véritable sucrerie des jardins du sud, la caroube réhabilitée c'est un peu comme une sauvegarde patrimoniale en marche, avec une belle perspective économique à la clé.
" Dans la province, il y existe deux unités de traitement : une à Essaouira, une proche du village Had Draa. Le ministère de l’agriculture a déjà planté 150 hectares de cette espèce dans la région, dont les plants sont irrigués les deux premières années", nous explique Edouard Pottier. Et pour mieux comprendre la "biologie" du caroubier, sachez par ailleurs qu'il résiste très mal au froid, que son système racinaire est dit "pivotant", comme l’arganier, ce qui lui permet de rechercher de l’eau sur de grandes profondeurs. Il perd une partie de ces feuilles au mois de juillet lorsqu’elles ont deux ans. On peut commencer à voir les fleurs (d'août à novembre) puis des fruits à maturité en juillet de l’année suivante.

A l'échelle internationale, le Maroc est le second producteur de caroube après l'Espagne, dont la production est essentiellement exportée vers l'Europe, faisant du caroubier une essence majeure pour l'agriculture marocaine. A ce jour, la production de caroubier dans la région d'Essaouira est proche de 6000 tonnes par an, elle devrait croître encore les prochaines années... 

Texte Alice Joundi
Photo DR