Sortie, Lieu, People, Culture

Le maître des cordes à Essaouira

Par: Nathalie PERTON  

CONCERT Par son touché… Loy Ehrlich en résidence musicale cette année avec l'Institut Français d'Essaouira nous a livré une prestation scénique inédite vendredi 11 mars. Un moment unique pour lui comme pour nous.

Qu’elles soient frappées, touchées, frôlées, caressées, aucune corde n’est étrangère à Loy Ehrlich

C’est ce qu’il nous démontrait vendredi 11 mars, pour le premier des six concerts de l'année en résidence à Essaouira, seul sur la scène de l’Institut Français entouré de ses nombreux instruments qu'il aime appeler "son harem" : du clavicorde (ancêtre du piano) à "Mme Kora", du Tanbur (instrument à cordes turc avec un long manche qu’il faisait vibrer de son archet) jusqu’au Ribab berbère, "Loy" touche, détourne, s’ingénue, s’amuse, passe de l’un à l’autre et joue des deux simultanément. Il frotte et vibre, frôle et rythme. Il invente, il est maître des cordes.

Tantôt baroque, spirituel ou mystique, tantôt jazz ou expérimental, de Bach aux Maâlems Gnaoua…

Et nous on reste coi. Tantôt d'apparence fragile comme un enfant, puis colossal de son talent et faisant crier le tanbur, swinguer le ribab et chuchoter la kora. En regardant la salle, où le public attentif et silencieux est réuni autour du patio –Loy nous a prévenu : il ne jouera pas ou peu de musique amplifiée- on se dit que certains ont le Philharmonique et les clubs de jazz, nous avons l’océan, le vent, nos festivals de musique et Loy Ehrlich en concert intimiste à l’Institut français d’Essaouira. Puis qu'en fait rien ne nous manque, au contraire !

L'artiste lui-même confiait à l'issue de cette représentation avoir affronté l'inconnu lors de ce concert seul en scène ; nous avons fait une rencontre et assisté à un moment exceptionnel.

A ceux qui n’ont pas pu voir ce premier concert nous les convions au prochain rendez-vous que nous donne Loy Ehrlich, le 15 avril à Essaouira. Il sera en duo avec Jean Philippe Rykiel, pianiste, claviériste de talent qui a joué avec Tim Blake, Salif Keita, Youssou N’Dour… On vous aura prévenus ! 

Texte Nathalie Perton
Photos DR Christian Bonhomme