Tourisme et voyage, Culture

Les "Nuits du Ramadan" à Essaouira : jazz fusion et tradition orientale

Par: Alice JOUNDI  

FETE Dans le cadre de la saison culturelle "France-Maroc 2012", les instituts français du littoral Atlantique célèbrent le Ramadan. La programmation éclectique, réunissant des artistes de tous horizons, promet des rencontres inédites et de beaux moments musicaux en perspective. L'alliance franco-marocaine d'Essaouira propose dans ce cadre deux événements fin juillet, à ne pas manquer !

Les 29 et 31 juillet l'alliance franco-marocaine d'Essaouira vous donne rendez-vous pour fêter le Ramadan en musique. Deux soirées festives pour digérer son F'tour et célébrer le mois sacré dans la diversité.

Jahida Wehbé

L'actrice et chanteuse libanaise, Jahida Wehbé, multiplie les talents et les formations. Diplômée en psychologie à l'Université, en chant oriental par le Haut Conservatoire National du Liban, en actorat et mise en scène par la faculté des Beaux Arts, c'est une femme gourmande de savoirs et passionnée qui interprètera à Essaouira les grands noms du répertoire traditionnel arabe (Oum Kalthoum, Fairouz, Wadih Essafi, Mohammad Abdelwahab et Asmahan ou encore Sayyed Darwish).
Ses derniers albums rencontrent un grand succès au Liban et à l'étranger. Elle se produira à Dar Souiri le 29 juillet prochain pour le plus grand plaisir des amateurs de musique traditionnelle orientale.

A.r.b.f. et Hmadcha

Yoram Rosilio, jeune musicien de formation classique et Jazz, vit à Paris et étudie le patrimoine musical d'Essaouira depuis plus de 5 ans, remontant peu à peu les traces de ses multiples traditions. Une rencontre avec la ville qui n'a rien d'anodine car son père est originaire de la cité des vents. C'est ainsi qu'il enrichit ses connaissances auprès notamment du Maâlem gnaoui Seddik Laarch et du oudiste Abdelmalek Benhamou. Lorsqu'il vient en 2011 avec son groupe de free jazz A.r.b.f. (Anti Rubber Brain Factory), Yoram explore la fusion avec les musiques Gnaoua, berbère Amazigh, Arabo-andalouse et Hmadcha. Et c'est auprès des 7 membres de la confrérie des Hmadcha que "la musique est la plus aboutie", nous confie-t-il. Le début d'une collaboration qui les mènera jusque sur les scènes françaises.
Présents dans tout le Maghreb, la confrérie des Hmadcha compte une cinquantaine de membres à Essaouira. Empreinte de spiritualité, leur musique est ancrée dans la tradition des habitants et transmise oralement de génération en génération. Ses mélodies, riches et variées, visent à provoquer l'extase, le "Hal", et naissent de la rencontre entre trois types d'instruments : une sorte de hautbois traditionnel (la "gheita"), des tambours de terre cuite (le "harraz" et la "taârija") et le tambour en bois cylindrique (le "tabbal").
Depuis leur première rencontre, A.r.b.f. et la troupe des Hmadcha ont enregistré un disque et fait une tournée en France, ils seront à Essaouira le 31 juillet pour un concert place Moulay Hassan.

Texte Alice Joundi
Photo A.r.b.f.