Tourisme et voyage, Sortie, Culture

" Planet Essaouira " : du son et des bonnes vibrations

Par: Alice JOUNDI  

ON AIR C’est l’histoire de deux passionnés, d’art et d’Essaouira ; c’est l’histoire d’un studio de création musicale, c’est l’histoire d’une association pour les musiciens d’ici et d'ailleurs, c’est l’histoire d’un très beau projet qui débute en février prochain, avec une programmation et quelques belles idées. On vous raconte ?

Faisons les présentations…

Yassine Ben Ali est musicien percussionniste, compositeur originaire du sud du Maroc. Son histoire le mène au hasard d’un voyage à Essaouira dont il tombe à amoureux en 1988. Laissant derrière lui ses projets personnels et études universitaires, il vient s’y installer et se consacrer à la musique et à l’étude de celle-ci dès 1990. Une nouvelle vie baignée notamment par les traditions Gnaoua qui le fascinent. Il aura créé quelques formations musicales dont la fameuse Ganga Fusion - qui s’est produite au Maroc et dans divers festivals européens (Les Vieilles Charrues, Couleur Café…) Aujourd’hui, le son est son métier, la musique sa passion. Il est régisseur technique pour l’Association Essaouira Mogador sur tous les festivals organisés par celle-ci.
Il croise la route de Pascal Amel lorsque celui-ci dirige le Festival des Jeunes Talents Gnaoua à Essaouira - un événement qui permettait aux formations musicales d’Essaouira et du Maroc de se produire sur scène et de participer à un concours national, aussi festif que créatif, ayant connu ses heures de gloire il y a une dizaine d’années. Ecrivain et directeur de le revue d’art contemporain Art Absolument, Pascal Amel est une personne "multiple" comme il se décrit volontiers. Ajoutant pour mieux dire ce qui l'anime et constitue l'engagement d'une vie : "ce qui articule l’humain et le sacré, la sensation, l’émotion et l’esprit (...) Quand au niveau artistique cela existe, qu’il s’agisse de peinture ou de musique, je veux capter ce que délivre l’art et le restituer." 

Leur rencontre donne aujourd’hui naissance à un beau projet artistique et vivant.

Planet Essaouira : l’écho d’une génération

Depuis plus de 20 ans, la ville connait un véritable bouillonnement musical au fil des festivals et des rencontres artistiques, nourrissant depuis l'enfance une génération entière de souiris aux sonorités venus du monde entier, mêlées à leurs propres traditions. Essaouira sait plus qu’à son tour aimanter les talents venus d’ailleurs et foisonne d’une énergie créative. Pour mieux la capter et la promouvoir - et accompagner ainsi les musiciens de la région - Pascal Amel et Yassine Ben Ali ont créé l’association "Cultures et avenir".
Dans son sillage, et selon le même crédo - résolument local mais ouvert sur l'autre - le studio de création musicale Planet Essaouira verra le jour début février prochain. Doté d’un équipement très haut de gamme, l’espace situé en pleine médina (place Taraa) accueillera à des prix raisonnables les formations d’ici et d’ailleurs. Certains artistes internationaux passés par là ont déjà fait savoir leur intention d’y faire quelques enregistrements. La touche marocaine et décontractée, en harmonie avec l’état d’esprit d’Essaouira en ayant déjà séduit plus d’un. L’idée d’un label musical n’est d'ailleurs pas bien loin, déjà chuchoté par Pascal Amel. A suivre...

Des concerts dans la ville tout au long de l’année...

Mais ce n’est pas tout. Car l’association "Cultures et avenir", avec le soutien de la ville d'Essaouira, entend inscrire son action dans la ville de façon permanente, en animant l’espace public par la production de concerts plusieurs fois par mois. Lors de ces soirées-concerts, les groupes locaux pourront, et ce tout au long de l’année, rencontrer un public et partager leurs inspirations. Qu’importe le style (chaabi, hip hop, world, haddarate, jazz fusion, rock, chansons à texte, gnaoua…) le seul critère de l’association étant que ce soit talentueux et nourri d’une belle intensité. 

Pour accompagner le lancement de ce projet, l’Institut Français d'Essaouira offre Carte Blanche à l'association lors de trois soirées musicales les 3 février, 10 mars et 7 avril (entrée libre et gratuite). 

Pour célébrer cette initiative, on vous conseille donc de ne pas manquer le premier concert-événement le 3 février prochain dans le patio de l’institut Français d’Essaouira pour y applaudir Maâlem Mokhtar Guinea qui créera pour l’occasion une formation originale.
Pour que la ville vibre de ses talents et convoque aussi souvent qu’elle peut les esprits de la création. Yallah !