People

Une tribu nommée " MOGA "

Par: Alice JOUNDI  

EXPERIENCE Réunie pour la 3ème fois du 11 au 13 octobre à Essaouira, la tribu du MOGA Festival a célébré les musiques électroniques au fil d’une programmation exigeante, dont la bonne humeur n’a rien à envier aux plus connus des festivals marocains et européens. Une édition qui achève ne nous en dire plus sur l’identité d’un concept musicale et artistique, un rendez-vous suivi de près par sa désormais fidèle tribu. Mais au fait, cette "MOGA TRIBE" quelle est-elle justement ?

Depuis 2016, année de création du festival, le concept MOGA s’affine, révélant peu à peu l’ADN d’un événement qui joue avec les codes néo-hippies et métisses d’un nouveau millenium. Ceux qui s’y retrouvent, ceux qui s’y produisent, le lieu lui-même où se réunissent les festivaliers, artistes, musiciens, DJs et créateurs révèlent les facettes colorées d’une tribu, une tribu nommée "MOGA"...

Elle aime le son ! Et pas n’importe lequel...

Danser et vibrer, la MOGA tribe invitait cette année plus de 60 Dj’s parmi lesquels des pointures internationales, des étoiles montantes marocaines, des inventifs dont les labels jalonnent les playlists des plus connaisseurs. Sa préférence va à la House, Hippie House ou Desert House, une musique qui rassemble, qui se danse, se partage et relève avant tout de la fête, dont certains des plus grosses pointures étaient sur les scènes de l’édition 2019


Sa star n°1 est Essaouira, ses racines sont marocaines, ses influences internationales et intemporelles

Sans elle, pas de MOGA. L’équipe du festival le rappelait en ouverture de cette 3ème édition : Essaouira est à la source de toute l’inspiration de l’événement. Si l’influence internationale des clubs et des festivals tels que Les Nuits Electroniques, les Plages de Nice ou encore le célébrissime Burning Man ont guidé le projet, le concept est toujours lié à un lieu, et celui du MOGA est né ici, à Essaouira, sur la côte marocaine, entre forêts et océan, pas très loin d’une planche de surf… 

Le festival lui doit une âme à part, des couchers de soleil dans la mer, une vue exceptionnelle et un cadre magique au coeur des jardins du Sofitel Essaouira Mogador, mais aussi des rencontres musicales avec des artistes locaux. Si la programmation fait aussi la part belle aux meilleurs DJs du Maroc, tout le décorum des différentes scènes évoquaient, cette année plus encore, l’ancrage et l’identité résolument marocaines de l’événement. C’est beau, c’est coloré, ça brille et c’est Made in Morocco…


Elle est lookée

Pas de doute, et cela se confirme chaque année davantage, le MOGA est le lieu de toutes les créativités vestimentaires. La descente des marches menant à la piscine du Sofitel est un véritable défilé, livrant de l’audace en barre pour un mélange heureux de tenues multicolores, chapeaux, paillettes, plumes, tissu wax et pompons colorés, maquillages délirants et toute la panoplie du hippie style : on ne se prend pas au sérieux, on délire, on vient comme on est et comme on veut, le MOGA c’est aussi ça.